ss


ss

SS nom féminin (abréviation de l'allemand Schutzstaffel, échelon de protection) Organisation paramilitaire et policière nazie qui se voulait le germe racial et idéologique d'une « Europe nouvelle » à direction germanique.

I.
⇒S.S.1, subst. fém.
Abrév. de Sécurité sociale. Dans le cadre des mesures de rationalisation des dépenses de la S.S. décidées par le gouvernement, au titre du « Plan Seguin », il a été décidé de supprimer le remboursement à 100 % des médicaments à vignette bleue considérés comme « de confort » et figurant sur la liste des médicaments remboursés par la S.S. au taux de 40 % (La R. de la M.G.E.N., mars-avr. 1987, p. 9, col. 1).
Rem. Dans la lang. fam. on trouve l'abrév. sécu (v. sécurité B 3 d).
Prononc.:[]. Par épellation du sigle, inus. Ordinairement, oralement, sécurité sociale. Étymol. et Hist. 1960 (Encyclop. éduc., p. 307). Sigle de Sécurité sociale.
II.
⇒S.S.2, subst.
A. — Subst. fém. Organisation paramilitaire créée en 1925 pour servir de garde personnelle à Hitler et devenue police militarisée dans l'Allemagne nazie; elle fut constituée en unités spéciales à partir de 1940 sous le nom de Waffen S.S. Les S.S. ont joué un rôle essentiel dans l'échec du putsch du 20 juillet 1944, à la suite duquel Himmler fut nommé au commandement militaire des forces du territoire (Lar. encyclop.).
B. — P. méton., subst. masc. Membre de ces unités. Casquette à tête de mort des S.S. C'est à la lumière de cette pensée qu'il faut entendre une formule qui surprendra ou même choquera certains, lorsque, énumérant la litanie des victimes, Frossard place à leur tête « le Juif, peuple choisi, christifié... » Pour les S S, le sort du Juif était associé à celui du prêtre, tous deux « représentants d'une seule et même haïssable conscience religieuse » (L'Express, 10-19 avr. 1987, p. 133).
En appos. Un officier S.S. (ROB. 1985).
Empl. adj. Mon impeccable pantalon S.S. ne tarda pas à dégouliner de sang (MODIANO ds Lar. Lang. fr.).
Prononc. :[]. Sans élision ni liaison, le, les S. S. [-], []. Étymol. et Hist. 1. 1934 « formations paramilitaires du parti national-socialiste allemand » (Lar. mens., p. 804c, s.v. Politique intérieure et extérieure); 2. 1945 adj. (R. internat., n° 1, déc., p. 54a ds QUEM. DDL à paraître); 3. 1946 subst. « membre de ces formations » (AMBRIÈRE, Gdes vac., p. 238). All. SS, sigle de Schutzstaffel « échelon de protection », formations fondées en 1925 (Brockhaus Enzykl.).

1. S. S. [ɛsɛs]
Abrév. de Sa Sainteté, Sa Seigneurie, de Saint-Sacrement.
tableau Abréviations les plus usitées.
————————
2. S. S. [ɛsɛs] n. m.
ÉTYM. 1934; sigle de l'all. Schutz-Staffel « échelon de protection ».
Membre des formations de police militarisées de l'Allemagne nazie, devenues en 1940 de véritables unités militaires (sous le nom de Waffen S. S.). || Les S. S. [leɛsɛs]. || Uniforme noir, casquette à tête de mort des S. S.En appos. || Un officier S. S.
HOM. 1. S. S., 3. S. S.
————————
3. S. S. [ɛsɛs] n. f.
ÉTYM. Mil. XXe.
Sigle de Sécurité sociale.
HOM. 1. S. S., 2. S. S.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.